Travail artisanal

Sculptée par le travail, sa main frappe et frappe à nouveau le métal, lui donne forme. A la matière, elle insuffle la chaleur de la vie.

 

Cent fois répété, le geste la renvoie à l’assaut de l’ouvrage. La main passe et repasse encore. Sous le poids de sa frappe, petit à petit, le métal cède, s’aplanit, se polit lentement.

 

Centimètre par centimètre la main insiste jusqu’à effacer toute trace de son passage.